Les projets de recherche

L'équipe a défini un projet de recherche fédérateur intitulé "Informatique ubiquitaire et workflow agile pour le maintien à domicile des personnes dépendantes".

Face à l’augmentation des maladies chroniques dégénératives qui nécessitent un suivi est une gestion des patients sur un long terme, et à la volonté grandissante des patients de se faire soigner dans un environnement familial afin de garder le lien social, et enfin face à un souci de réduction des coûts, on observe actuellement en France, comme dans les autres pays développés, de nouvelles orientations stratégiques dans la structuration de l’offre des soins des systèmes de santé. Cette dernière prend notamment la forme d'un transfert d'une importante partie des activités de soins de l’hôpital vers le domicile du patient.L’hôpital devient ainsi une étape dans le processus de prise en charge et les structures de proximité (HAD, MAD, ou SIAD, etc.) prennent un rôle majeur dans ce processus global.

Cette problématique concerne des personnes en perte d'autonomie (personnes âgées, malades ou handicapées) qui, pour pouvoir continuer à vivre seule, doivent être suivies et assistées dans leur environnement quotidien ; les situations d’alerte doivent être détectées pour l'intervention rapide d'une personne extérieure.
    
C’est dans cette optique et dans la lignée des orientations des programmes de recherche nationaux (ANR,…) et européens ( initiative « Ambient Assisted Living » ) relatifs au domaine de la santé, où les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) sont considérées comme un élément incontournable pour l’amélioration des pratiques dans ce domaine, que vient se positionner ce projet recherche.

Objectifs :

L’objectif poursuivi est de réaliser un système intégré favorisant l’assistance au maintien à domicile de personnes légèrement dépendantes ou en perte d’autonomie.

En termes de livrables, on souhaite produire la preuve du concept et de l'architecture du système, en déployant un prototype opérationnel au domicile de plusieurs patients pilotes, et fournir les dispositifs mobiles d'interaction aux différents acteurs du maintien à domicile (personnel médical, acteurs sociaux, proches...), de manière à pouvoir évaluer en situation réelle la pertinence et l'utilisabilité des solutions proposées.

Pour cela, les solutions adoptées doivent être économiquement et techniquement réalistes, en réutilisant les appareillages éprouvées de surveillance des personnes à leur domicile (équipement domotiques, équipements portés, équipements de mesure physiologique) [….] et en faisant appel à des technologies largement diffusées, en particulier au niveau des réseaux de transmission des données (ADSL, WiFi, bluetooth…).

Le système comprend des équipements adaptés à la télévigilance des personnes assistées et une plate-forme de recueil et d'analyse de ces données qui alimentera en information un centre de décision et de surveillance des interventions.

Dans ce nouveau cadre de « décentralisation » des soins, le processus de prise en charge globale ne doit pas se limiter à un simple raccordement de processus initialement isolés. En effet, le système de prise en charge globale doit être en mesure:

  • de détecter en temps opportun des situations potentiellement dangereuses pour le patient,
  • de faire remonter ces alarmes vers l'intervenant le mieux adapté, qu'il s'agisse d'un service d'urgence, d'un acteur social, d'un proche, d'un voisin, etc,
  • d’assurer la continuité et l'intégrité des soins ,
  • de produire des soins coordonnés réalisés par des acteurs géographiquement distants
  • de s’adapter à la variabilité de l’environnement du patient.

Il doit donc permettre de maîtriser de bout en bout l’externalisation du suivi des patients, sans rupture de la chaîne ni incohérences et sans remettre en cause l’existant. Le système doit prendre en compte des nouvelles exigences en termes de continuité, de coordination et d’agilité, définie ici comme l’aptitude à s’adapter aux fréquents changements liés aux évolutions de l’environnement, et fournir aux professionnels de la santé un environnement support de travail adapté à leurs nouveaux modes de

Enjeux

Pour répondre à cet objectif, plusieurs verrous scientifiques doivent être résolus, notamment la complexité liée aux:

  • Partages et échanges de flux hétérogènes par des structures hétérogènes et distribuées
  • Décisions réparties et pilotage décentralisé
  • Dynamiques et réactivités de processus dans un environnement évolutif et incertain.

En résumé, le présent projet permettra de mettre en œuvre et d'évaluer en situation réelle un système distribué :

  • Au domicile du patient : Intégration d'un réseau domotique de capteurs sans fils couplé avec un système intelligent d'alarme et de détection de situations potentiellement pathogènes.
  • Pour les intervenants sociaux, un outil de communication portable de type SmartPhone, permettant la réception mobile des alarmes, l'interaction avec le système domotique ambiant lors de leur arrivée au domicile du patient, et l'acquittement des alarmes une fois que les causes de la situation d'alarme ont été résolues.
  • Un système de gestion de workflow inter-organisationnel, alimenté par le système domotique, permettant de coordonner la réponse à donner aux alarmes par les différents intervenants acteurs du maintien à domicile (personnel médical et para-médical, visiteurs sociaux, proche, voisins...) et d'assurer le suivi du processus d'intervention.

Sources de financement :

Les sources de financement du projet sont les suivantes :

  • Appel d'offre région "Projets de Recherche" : Montant total 74k€, cofinancé à 24k€ par la Région Midi-Pyrénées
  • Demande de bourse de doctorat, 83700€ sur 3 ans, co-financé par la Région Midi-Pyrénées, la communauté d'agglomération Castres-Mazamet et le CUFR Jean-François Champollion.

© 2010-2017 Institut National Universitaire Champollion

INSA Partenaire